Cette analyse élaborée par l’European Parliamentary Research Service (EPRS) a été divulguée à l’occasion de la High-Level Conference on Oceans qui s’est tenue à Bruxelles le 19 mars 2019. Le rapport aborde les menaces de sécurité maritime les plus critique : la piraterie et le vol à main armée en mer. L’Afrique qui est particulièrement vulnérable à ces menaces, se voit défiée à la fois à l’Est, dans le golfe d’Aden et à l’Ouest dans le golfe de Guinée. Plus globalement, le rapport énumère les efforts mis en œuvre par l’UE pour lutter contre la piraterie et les vols à main armée en mer. Ces efforts font partie d’une une approche approfondie qui combine des opérations de soutien militaire et civile à des initiatives de renforcement des capacités (notamment les missions du CSDP EUNAVFOR Atalanta, EUTM Somalia et EUCAP Somalia).

Le rapport met en lumière le programme Critical Maritime Routes (CMR) financé par l’UE, en soulignant ses accomplissements en matière de renforcement de la sécurité maritime dans l’océan Indien occidental et dans le golfe de Guinée. En outre, le rapport présente deux projets du CMR, CRIMARIO et GoGIN. CRIMARIO vise à améliorer et à renforcer la connexion entre les réseaux de partage de l’information et de communication existants afin d’améliorer la connaissance de la situation maritime dans l’océan Indien. En Afrique de l’Ouest, GoGIN participe à la mise en œuvre de l’architecture de Yaoundé, le mécanisme de renforcement des capacités qui lutte contre l’insécurité maritime au niveau transrégional.

Dans l’ensemble, le rapport étudie exhaustivement les causes structurelles de la piraterie maritime et des vols à main armée en mer et il montre leurs impacts négatifs sur la sécurité maritime et le développement socioéconomique de l’Afrique. Enfin, il montre l’engagement de l’UE dans le soutien des structures régionales existantes et dans le renforcement de la coopération aux niveaux national et régional afin d’accroître la sécurité maritime au large des côtes africaines.

Le rapport n’est accessible qu’en anglais.