Le rapport 2018 du programme mondial contre la criminalité maritime – en anglais Global Maritime Crime Programme (GMCP) – met en lumière les derniers efforts de l’ONUDC pour lutter contre les activités du crime organisé transnational dans l’océan Atlantique et dans les océans Pacifique et Indien Ces crimes ne se limitent pas à la piraterie et au vol à main armée en mer, mais ils englobent le trafic d’êtres humains, le trafic de drogue et les activités terroristes.

Pour relever ces défis, le GMCP aide les autorités maritimes nationales et internationales à détecter et à mettre terme aux crimes perpétrés au large de leurs côtes. Le GMCP veille à renforcer la chaîne répressive-judiciaire de ces pays afin de lutter efficacement contre les crimes maritimes, allant de la détection à la détermination de la peine. Un des éléments clé de ce programme est le déploiement du personnel de l’ONUDC dans les pays membres afin d’apporter un soutien direct aux garde-côtes, procureurs et autres parties concernées par la sécurité maritime.

Le rapport 2018 résume les activités du GMCP qui sont entreprises dans l’océan Atlantique (GMCP-AO), la Corne de l’Afrique (GMCP-HoA) et les océans Indien et Pacifique (GMCP-IPO). L’équipe de l’océan Atlantique est présente au Libéria, au Ghana, au Cap-Vert, en Sierra Leone, au Nigéria et au Sénégal. Parmi les nombreuses activités conduites en 2018, le GMCP-AO s’est concentré sur le mentorat des procureurs fédéraux au Nigéria pour faire avancer un projet de loi sur la piraterie. Au Sénégal, le GMCP a conseillé la marine nationale et participé à deux exercices qui ont servi à renforcer la capacité du pays à lutter contre le trafic de ressources naturelles en mer. Par ailleurs, le GMCP-AO travaille minutieusement sur la propagation d’informations relatives à la criminalité liée à la pêche à des agents de la force publique dans les pays africains partenaires.

Dans l’océan Indien, les efforts du GMCP-IPO se sont intensifiés suite à la diversification du concept de crime maritime et à l’augmentation du nombre d’incidents reportées en 2018. Le Southern Route Partnership (SRP), une initiative du programme, a été reliée au centre régional de fusion d’informations maritimes (RMIFC) de Madagascar afin de surveiller les zones maritimes sujettes au trafic de drogue. En outre, le GMCP-IPO a organisé, aux Seychelles et au Kenya, deux forums sur le partage d’informations et la résolution de problèmes qui réunissaient les principaux procureurs de la région. Au Kenya, le GMCP-IPO continue de soutenir la construction d’infrastructures judiciaires et il a entrepris la construction d’un complexe sécuritaire de tribunaux. De nouvelles technologies et infrastructures sont régulièrement proposées pour lutter contre la criminalité maritime (par exemple, le renforcement de la couverture radio de la police aux Maldives ou encore, le don de quatre vedettes de police aux autorités du Bengladesh).

Dans l’océan Pacifique, le GMCP-IPO est relativement jeune, mais il s’efforce néanmoins d’améliorer la gestion et la protection des zones maritimes. En 2018, trois dialogues sur l’application du droit maritime (MLED) pour l’Asie du Sud-Est ont débattu les défis de la coopération en matière de lutte contre la criminalité maritime. Par ailleurs, le GMCP-IPO aide les États insulaires à accroître leurs capacités en matière de MDA. Ainsi, l’équipe a prêté son expertise lors d’un forum des îles du Pacifique afin d’évaluer la création potentielle d’un centre de fusion de l’information dans l’océan Pacifique. Dans le futur, les nouvelles technologies seront particulièrement utiles pour améliorer le maritime domain awareness (MDA) dans les régions de l’océan Atlantique et des océans Indien et Pacifique.

Dans la Corne de l’Afrique, l’équipe du GMCP-HoA renforce les capacités des organismes maritimes d’application de la loi pour lutter contre le trafic d’êtres humains, la piraterie, le terrorisme et la pêche INN. Dans l’optique de viser les effets au long terme de la prévention contre l’extrémisme violent, le GMCP-HoA veille à ce que les personnes accusées de piraterie et détenues au Somaliland soient traitées conformément aux normes internationales. En 2018, les unités de la police maritime de Mogadiscio ont reçu plusieurs formations de la part de l’équipe du GMCP, tandis que le programme maintenu le projet de construction de la prison et du complexe judiciaire dans la capitale somalienne.

Dans l’ensemble, le rapport 2018 du GMCP met en lumière la persévérance de son ambitieuse mission qui vise à améliorer l’état de droit en mer tout en soutenant les États membres dans un large éventail d’activités en mer et sur terre.